Aller au contenu Aller à la recherche Aller au menu principal

Coup de coeur du 10 février

Les membres du comité de lecture "Surtout n'ouvrez pas ce livre" conseillent "Peindre, pêcher et laisser mourir" de Peter Heller.

Cet écrivain est l’auteur de quatre livres de non-fiction sur la nature, l’environnement, le voyage, l’aventure, et il s’agit de son deuxième livre édité par Actes Sud.

Un homme, un artiste, entrainé malgré lui dans la violence alors qu’il aurait préféré rester avec sa copine à pêcher et à peindre. Les paysages du Colorado sont très présents, très beaux et sauvages dans ce livre et sont un élément essentiel, le personnage principal quasiment. Il y a quelques moments faibles, mais l’histoire, les paysages emportent tout. Un très bon moment.

La 4° de couverture  " Peintre en vogue, pêcheur ardent, philosophe artisanal, Jim Stegner tombe dans un engrenage fatal le jour où, témoin accidentel, il prend la défense d’une petite jument maltraitée. C’est qu’il est un poil sanguin, ce père orphelin, en quête d’une sérénité à jamais perdue avec sa fille violemment arrachée à la vie, son mariage pulvérisé, son rapport au monde passablement conflictuel. Pour ne rien arranger, l’homme est profondément allergique à l’injustice, et dangereusement réactif à la violence.
Pourtant, au large de la petite ville de Paonia, Colorado, concentré sur une discipline et une sobriété appliquées, c’est dans l’exercice de son art que le peintre tente de tout canaliser : la douleur, la colère, la peur même. Et voilà que, du jour au lendemain, son quotidien vire à la course poursuite permanente : Jim devient la proie mouvante – et la terreur numéro un – d’une bande de solides ordures qui ne plaisantent pas avec la vengeance."

OPAC Détail de notice