Aller au contenu Aller à la recherche Aller au menu principal

Ressources documentaires

Index de l'article

 

Bernadette_Soubirous_et_les_ecrivains

En juillet 1866, Bernadette Soubirous quitte Lourdes pour Nevers et entre à la maison-mère des sœurs de la Charité et Instruction chrétienne de Nevers comme postulante ; elle meurt à Saint-Gildard le 16 avril 1879 à la suite de longues souffrances. Bernadette a vécu 13 ans à Nevers — et Saint-Gildard a le privilège de conserver le corps de la Sainte, miraculeusement préservé.

La personnalité de Bernadette Soubirous est assez énigmatique : c’est « la plus secrète des saintes », a-t-on dit, et le Pape Pie XI confiait à l’Évêque de Nevers, Mgr Flynn, son embarras au lendemain de la canonisation : « Je n’y comprends rien, cette simple enfant, la Vierge l’a choisie ! Cette dernière des religieuses, je la mets sur les autels ! Quel mystère ! »

Le Cent cinquantenaire des Apparitions est l’occasion pour la bibliothèque municipale de Nevers d’évoquer Bernadette Soubirous. A partir des documents prêtés par l’Evêché de Nevers, le Couvent Saint Gildard, les Archives départementales et des particuliers, trois temps rythment cette exposition : le temps de Saint Gildard, où elle arrive le 7 juillet 1866,  ensuite le temps de la canonisation, et enfin, le temps toujours vivant des pèlerinages.

 

La publication rédigée à l’occasion de cette exposition par Monsieur Guy Thuillier, Directeur d’études à l’Ecole pratique des Hautes études, nous permet d’ajouter une dernière séquence : Bernadette, Lourdes et la littérature, avec Emile Zola, Joris Karl Huysmans, Maurice Barres, François Mauriac ou encore Paul Claudel…